PÔLE SUD-EST

Présentattion

Pôle sud-Est

Au cœur du paysage rural qui compose la zone orientale, trois villes se dressent majestueusement et vous proposent de découvrir leurs nombreux atouts.  Du haut de ses couleurs, le Pôle du Sud -Est, est le point de départ de tous vos désirs sur le plan de l’investissement touristique dans le reste du Sénégal orientale.

Enclavée, loin de Dakar (634 Km) et de la petite côte, la zone est encore peu exploitée parce ce qu’encore trop peu connu. Pourtant cette lanière, qui comprend deux régions (Tambacounda et Kédougou), offre un potentiel culturel et faunistique exceptionnel.

Le relief, assez irrégulier, est constitué de bovés à l’aspect désertique dès le mois de mars, de zones plates, argileuses, inondées en hivernage et émaillées de mares en saison sèche, de pitons de roches éruptives et de falaises de grès blanc. La végétation, qui forme par endroits un véritable manteau de verdure, est typique du climat sahélo-soudanais. On rencontre ainsi des taillis de courbétacées dominés par des futaies claires de légumineuses, des palmeraies de rôniers, des raphiades formant des galeries fraîches et humides près des eaux courantes, enfin de vastes plaines couvertes de graminées géantes qui offre des atouts exceptionnels dans le cadre du développement des infrastructure touristique.

A son extrême sud-est, le relief devient plus accidenté avec les soutènements du Fouta Djallon, massif montagneux formant une frontière naturelle entre le Sénégal et la Guinée-Conakry.      

Loin des sentiers battus, au gré des rencontres et des découvertes, la zone orientale vous ravira par l’accueil chaleureux de ses habitants, par sa diversité ethnique, par ses couleurs solaires chatoyantes. Vous aurez l’occasion de découvrir le plus grand parc national d’Afrique de l’Ouest, classé Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO : le Parc du Niokolo Koba, qui abrite des centaines d’espèces animales et végétales.

De ce point de vu le Sénégal oriental possède déjà une audience internationale dans le domaine du tourisme par son Parc National du Niokolo-Koba. Tous nos efforts tendent actuellement avec le très haut appui du Chef de l’État à attirer de plus en plus les touristes de toutes les parties du monde pour faire de cette zone un territoire unique de tourisme de safari et d’excursion. S’étendant actuellement sur 470.000 hectares par la réunion en une seule unité des Parcs Nationaux du Niokolo-Koba, de Niokolo-Ouest, de Niokolo-Sud-Ouest, de Niokolo-Est, ainsi que la réserve de Koulountou, le Parc National du Niokolo-Koba présente un paysage des plus variés.

Ce vaste domaine idyllique est traversé sur sa plus grande longueur par le fleuve Gambie qui forme d’ailleurs sa limite sud. Deux de ses affluents : Le Niokolo et le Koulountou, ainsi que de nombreux marigots qui sillonnent le Parc National du Niokolo Koba, ne sont que des torrents alimentés par des tornades et tarissant dès le mois de décembre pour ne laisser que quelques chapelets de mares ou viennent boire le soir les animaux. Cette flore particulièrement riche abrite une faune exceptionnelle que nous envient bien des pays.   Les animaux que le touriste peut rencontrer dans cette partie-là plus giboyeuse du Sénégal sont :

  • Les éléphants, qui formaient un troupeau d’environ deux cents têtes dans le passé ,est en train d’étre reconstituer sensiblement par une bonne politique de repeublage des espèces en voie de disparition ;
  • Les buffles, dont les variétés de savane et de forêt se mélangent très souvent. Il n’est pas rare, lors des migrations, d’apercevoir des troupeaux de 50 à 80 têtes, et même davantage ;
  • Les hippopotames, particulièrement nombreux, surtout dans le fleuve Gambie, sont à côté de l’Hôtel de Simenti où nous avons la fameuse mare des Hippopotames qui groupe une centaine de têtes ;
  • Les girafes, existent dans le Parc du Niokolo-Koba, mais il est particulièrement rare de les apercevoir ;
 
  • Les élans de Derby, qui sont les plus grandes antilopes africaines, se déplacent constamment ;
  • Les hippotragus ou koba, encore appelées antilope-cheval, sont particulièrement nombreux ;
  • Les bubales, moins farouches que les kobas, vivent en troupeaux de 10 à 20 ;
  • Les cobs de Buffon dont la vision dans le Parc du Niokolo-Koba est assurée au plus malchanceux des visiteurs, constituent des hardes de 10 à 30 têtes ;
  • Les cobs onctueux [ou waterbuck) sont moins familiers et moins abondants que les cobs de Buffon ;
  • Les cobs des roseaux vivent par couples cachés dans la paille ;
  • Les antilopes diverses existent en grand nombre et sont plus petites et moins grégaires que les précédentes, et se déplacent continuellement dans le Parc ;
  • Les phacochères et potamochères abondent et il n’est pas rare de les voir, dans ce paradis des bêtes, chercher leur nourriture à côté des kobas ou des bubales ;
  • Les lions, abondamment représentés, peuvent facilement être vus, surtout la nuit, à l’heure de leur chasse ;
  • Panthères, hyènes, chacals, servals, civettes, lycaons, calagos, cercopithèques et patas, sont également abondamment représentés dans le Parc.

A côté de cette faune abondante, l’Avifaune est variée et abondante. Au cours de trois missions, des Zoologistes de l’I.F.A.N. en ont dénombré plus de 154 espèces. Parmi elles, nous pouvons citer :

  • Le grand calao,
  • Les aigrettes et le héron,
  • Les vautours,
  • Le marabout,
  • L’oie de Gambie,
  • L’oie à caroncule,
  • Le siffleur,
  • Le pluvier,
  • Le jabiru,
  • La grue couronnée,

NB/ les oiseaux que le touriste rencontrera le plus fréquemment sont : les pintades, groupées en grandes compagnies ; les francolins vivant dans les bas-fonds ; les poules de roches fréquentant les éboulis, et les outardes.

 
 
 
 

UN PÔLE A POTENTIELS

Perspective de projets

Au regard des potentialités en termes de valorisation et d’atouts, un nombre de prospection en termes de projets est en cours de conception au grand bonheur des investisseurs d’une part.  Et d’autre part l’Hôtel de Simenti en voie de complète transformation, avec, très prochainement, des projets d’aménagement pouvant accueillir et contenir autant de touristes qui désirerons s’y rendre et se détendre. Badie et Niokolo offrent leurs cases pittoresques dans un cadre unique, où rien ne vient troubler la quiétude.

A côté du Parc National du Niokolo-Koba, la sapco-sénégal a l’ambition de réaliser de grands projets dans le cadre du Plan Sénégal émergent en partant des axes majeurs tracer par l’état du Sénégal dans son deuxième plan d’action prioritaire (PAP2). De ses projets en perspectives nous pouvons retenir :

  • Par un plan d’aménagement éco- touristique dans la région de Kédougou, ville en pleine expansion bâtie aux bords de la Gambie qui, autour des collines, y décrit l’admirable boucle du Badon ;
  • Création de produits destinés à la construction de réceptifs touristiques de dernière génération avec en bandoulières les normes environnementales au niveau de la Lande Baïlil (Arrondissement de Bandafassi, Département de Kédougou) où il règne pendant toute l’année une température variante entre 18 à 20° ;
  • Projets de valorisation de Dindefello (Arrondissement de Bandafassi, Département de Kédougou) où le touriste peut admirer les admirables chutes de la rivière Dindefello descendant de la montagne, spectacle unique au Sénégal ;
  • Projet de construction d’un village touristique à Fongolembi (Arrondissement de Fongolembi, Département de Kédougou), limite extrême de la région, haut perché sur la montagne, d’où l’on a une vue incomparable sur le versant guinéen ; à Ethiolo aussi (Arrondissement de Salémata, Département de Kédougou), capitale de l’étrange ethnie des Bassari, surgie d’un autre âge, dont la fête annuelle, aux rites mystérieux, attire un nombre appréciable de touristes européens.

A l’insuffisance d’infrastructures routières pour amener sur ces lieux de rêve le touriste, la délégation du sud-est avec les services en charge de cette question, compte apporter de toute sa foi à rendre parfaitement praticables ces routes

Le Chef de l’État qui attache un intérêt particulier pour tout ce qui touche le développement de la Nation appuie de sa très Haute Autorité les efforts courageux qui tendent à faire occuper à notre région une place de choix dans le cadre du tourisme international.

Que vous soyez plutôt nature ou culture, voire les deux, le pôle sud-est, par la délégation de Sapco-Sénégal vous offre un panel de produits exclusif a vous Coupet le souffle.

 

INTERESSE (e) PAR UN PROJET ?

+221 33 869 08 88

Disponible 08:00 – 17:00

Address Avenue Bourguiba sicap liberté 3 Villa 2111B. BP : 3112 – Dakar. Sénégal

Email contact@sapco.sn

fr_FRFrançais