CONTRAT DE PERFORMANCE

SAPCO-SENEGAL

Télécharger le fichier complet

CONTEXTE

Rappels sur le Plan Sénégal Emergent (PSE)

Le Sénégal jouit d’un label démocratique reconnu, mais doit relever des défis économiques majeurs dans un monde en profonde mutation. Plusieurs Pays ont réussi à s’inscrire dans une dynamique d’émergence, en adoptant une stratégie à long terme adaptée, couplée avec une mise en oeuvre bien pilotée.

Le Plan Sénégal Emergent (PSE) est donc né de la volonté ferme du Président de la République du Sénégal d’opérer des ruptures stratégiques dans la planification du développement à long terme afin de permettre au pays d’avancer vers une prospérité inclusive et durable.

Conçu pour produire des résultats concrets, rapides et durables face aux nombreuses attentes des Sénégalais, le PSE propose une vision de l’émergence, des orientations stratégiques déclinées en projets et réformes d’envergure à réaliser sur la décennie.

Avec cette logique de rupture, la mise en oeuvre du PSE s’articule autour d’un dispositif innovant mettant en première ligne d’exécution les ministères sectoriels et leurs démembrements, tout en les appuyant par une structure transversale, le Bureau Opérationnel de Suivi qui a les attributs d’une Delivery Unit assurant le suivi opérationnel de la mise en oeuvre du PSE, la coordination et le renforcement de capacité des structures d’exécution.

Le BOS répond au besoin de contribuer, avec toute l’efficacité qui sied, à la réalisation des programmes, projets et réformes phares déclinés dans le PSE, ainsi qu’à la nécessité de fournir en permanence, aux Autorités, des éléments appropriés de décision et de suivi.

Au niveau des ministères sectoriels ou de leurs démembrements, des chefs de projets, nommés par arrêté présidentiel, sont chargés de la planification opérationnelle et de la mise en oeuvre des projets et réformes phares du PSE.

Parmi les projets phares de la première vague de lancement du PSE devant faire l’objet d’une mise en oeuvre diligente, figurent deux projets dans le secteur du tourisme :

Vision sur le secteur du tourisme

Le Sénégal ambitionne de promouvoir un tourisme éthique, responsable, compétitif et contribuant durablement à son émergence économique.

L’objectif global de la politique touristique est de permettre au pays d’atteindre le cap de 3 000 000 de touristes en 2023.

Ainsi, tenant compte de cette capacité du tourisme à structurer l’économie et à générer la croissance et l’emploi, les plus hautes Autorités ont érigé ce secteur au rang des priorités dans le développement socio-économique du pays. En effet, le tourisme au Sénégal contribue à hauteur de près de 7% du PIB et génère plus de 100 000 emplois directs et indirects. Aussi, en 2013, les recettes brutes sont estimées à 377 milliards de FCFA avec un million de touristes reçus.

Le diagnostic du PSE, approfondi par celui du Plan stratégique de Développement Durable du Tourisme, a identifié un certain nombre de contraintes auxquelles se heurte le tourisme sénégalais, parmi lesquelles on peut citer :

Afin de faire face à ces problématiques et développer le potentiel touristique du Sénégal, le Plan Sénégal Emergent inclut la perspective de développement d’un hub multi services dont une des composantes majeures est la mise en place de zones touristiques intégrées. L’ambition à terme est de placer le Sénégal dans le top 5 des pays touristiques en Afrique avec plus de 3 millions de touristes par an. La première zone ciblée en termes de développement touristique est la zone de Pointe Sarène dans le département de Mbour, avec la perspective d’une mise en service de la station en décembre 2016.

Les principaux leviers identifiés pour développer les stations intégrées se déclinent comme suit :

  1. Ciblage des zones en fonction de leur potentiel ;
  2. Elargissement des offres :
    • Développement et mise à niveau des infrastructures et circuits d’excursions ;
    • Développement d’un tissu d’agences de voyages locales et d’offices de tourisme ;
  3. Développement des infrastructures :
    • Hôtellerie et restauration ;
    • Transport national (mise à niveau des aéroports) ;
  4. Formation aux métiers du tourisme :
    • Plan de formation dédié (front-office, back-office, management) ;
    • Développement et mise à niveau des écoles d’hôtellerie et de restauration ;
  5. Revue du cadre de régulation :
    • Stimulation de l’investissement : subventions à l’installation des promoteurs, support financier et technique pour développer le tissu économique local, etc. ;
    • Régulation favorable aux touristes (visa, normes de qualité, sécurité, homologation des hôtels);
  6. Promotion et visibilité de l’offre touristique du Sénégal à l’international - Lobbying auprès des tour-opérateurs internationaux.
Présentation du projet de station touristique de Pointe Sarène

Le site de Pointe Sarène est celui qui offre le plus d’opportunités de développement touristique par la qualité de son paysage et de sa plage en forme de pointe. Pointe Sarène est appelée à devenir la vitrine du développement touristique au Sénégal et sur la Petite Côte en termes de qualité de l’expérience qui sera offerte aux visiteurs.

L’Unité d’Aménagement Touristique de Pointe Sarène est constituée des zones suivantes :

La zone hôtelière devrait comprendre cinq parcelles hôtelières haut de gamme, avec bâtiments hôteliers d’inspiration nord-africaine/arabique. Chaque parcelle comprenant également :

La zone publique est constituée de corridors d’accès public à la plage, localisés entre les parcelles hôtelières. Chaque corridor, d’une emprise totale de 30 mètres, comprendra 2 allées piétonnières, séparées par un terre-plein central formant un jardin type de l’écologie littorale et régionale, et deux bandes tampons aménagées le long des lignes de lots des parcelles hôtelières.

Un système léger de transport collectif assurera la liaison permanente entre les parcelles hôtelières, la zone commerciale prévue à proximité du village de Pointe Sarène et les sites d’activités extra hôtelières. L’ensemble de cette nouvelle zone touristique de Pointe Sarène sera ceinturée par une zone tampon boisée et clôturée dans le prolongement naturel de la forêt existante de Pointe Sarène. Cette forêt classée, d’une superficie de 3 000 ha, constitue une extension possible du projet pour la réalisation d’un parc à thèmes.

SAPCO-SENEGAL